Routine, ras-le-bol, besoin d’air : et si vous changiez de vie ?

Si votre conjoint vous exaspère, si vos enfants vous cassent les pieds ou si votre maman est toujours sur votre dos, nous n’aurons que peu de solutions à vous offrir ici. Mais si vous connaissez un gros coup de mou dans votre vie professionnelle, là, on peut absolument vous aider !

Changer de vie professionnelle

Par où commencer ? Le changement effraie, c’est certain. Peur de l’inconnu, peur de perdre ce qu’on a construit, peur d’être déçu : beaucoup préfèrent rester et supporter une situation moyenne que de se lancer dans le changement.

Mais à quoi bon ? Si le bonheur est l’accomplissement d’une vie pour la majorité des humains, le travail peut être une des voies qui y mènent, à condition de faire ce qu’on aime. C’est pourquoi il existe aujourd’hui plusieurs façons de changer de vie professionnelle, afin de pouvoir exercer un métier enfin adapté à nos ambitions et nos besoins.

Sur Viametiers.fr, vous trouverez en détail des fiches métiers, des fiches formations professionnelles, mais aussi le détail des organismes et dispositifs qui vous permettront d’accéder au changement pro.

Faire évoluer sa carrière

En activité ou sans profession, vous souhaitez faire évoluer votre carrière : manque de débouchés, lassitude dans l’exercice de vos fonctions, envie de développer votre champ de compétences, les raisons peuvent être variées !

Par le biais de la formation professionnelle, il vous sera possible de remédier à cela, pour ouvrir l’horizon des possibilités. Il existe deux types de formations pro :

  1. La formation professionnelle qualifiante : elle ne délivre pas de diplôme, mais un certificat qui atteste des nouvelles connaissances et aptitudes que vous avez acquises. Cette formation ne dure généralement pas très longtemps : quelques jours, voire quelques semaines, tout au plus un an (grâce au CIF). Elle est dispensée par des centres de formation spécialisés et peut être financée par votre employeur, ou par un Opacif (voir article sur le Fongecif).
  2. La formation professionnelle diplômante : CAP (certificat d’aptitude professionnelle), BP (brevet professionnel), licence professionnelle et bien d’autres encore ! Ces formations, qui délivrent un diplôme à la fin des études, permettent de gagner en qualification et de prétendre à des postes plus élevés, avec plus de responsabilités. Idéal si vous souhaitez continuer de travailler dans votre domaine d’activité, tout en prenant du galon.

Opter pour la reconversion professionnelle

Si vous pensez que votre situation pro est actuellement en totale inadéquation avec vos rêves premiers, pourquoi ne pas y mettre un terme ? Pour cela, un seul cap à franchir : dire oui au changement. Vous êtes policier et souhaitez devenir boulanger ? Vous êtes banquier et voulez ouvrir un commerce ? Votre profession se concentre sur l’installation de structures électriques, mais vous souhaitez devenir graphiste ? C’est possible, avec la reconversion professionnelle.

Seule chose à savoir : la reconversion pro, ça se prépare. On ne se lance pas dans le vide sans avoir fait un check-point sécurité ! Voici le processus à suivre :

  1. Faire un bilan de compétences : faites le point sur vos acquis, vos diplômes, vos expériences, en retraçant votre parcours de vos études à aujourd’hui.
  2. Établir un projet : posez-vous des questions : que voulez-vous ? Que ne voulez-vous plus ? Qu’est-ce qui vous plait ? Qu’êtes-vous prêt à faire ? Cela nécessite-t-il une formation ? Fixez-vous un objectif, un point d’arrivée. Ensuite, les modalités d’acheminement découleront d’elles-mêmes.
  3. Mettre en œuvre votre reconversion : c’est le point logistique. Choix de l’organisme de formation, financement, planning, rendez-vous, dossiers à remplir : si cela vous effraie un peu, sachez que de nombreux organismes sont là pour vous guider et vous accompagner tout au long de vos démarches, comme Pôle Emploi, ou le ministère du Travail.