Ces dernières années, le marché du travail est en plein boom. C’est un fait. Conscients de leurs potentiels, les employeurs prévoient recruter plus de jeunes. Cependant, force est de constater qu’une grande partie des nouveaux diplômés se retrouve au chômage. Qu’est-ce qui justifie cette situation ? Nous avons mené des recherches sur le sujet et nous vous proposons de découvrir ici quelques-unes des raisons qui expliquent la difficulté à trouver un premier emploi chez les jeunes.

Une méconnaissance du monde professionnel

Aujourd’hui, les conditions d’emploi sont plus favorables aux jeunes diplômés. Pourtant, bon nombre d’entre eux se retrouvent au chômage. D’après les résultats de nos recherches, une formation inadaptée serait le premier élément qui justifie cet état des choses. De façon globale, ce problème concerne environ 11 % des jeunes diplômés.

Après une analyse approfondie, nous avons constaté que beaucoup de jeunes choisissent encore leur filière sous le coup de l’émotion. Ils veulent en effet faire les mêmes choses que leurs camarades, alors qu’ils n’ont pas forcément les mêmes passions. Sur une centaine de jeunes interrogés, plus de 60 % ont avoué qu’ils n’ont aucune idée de leur premier emploi une fois le diplôme en poche. Dans une telle situation, il vous sera difficile de décrocher un travail.

Même si vous parvenez à trouver un emploi, il est fort probable que vous soyez peu productif à votre poste. Si c’est le cas, votre employeur sera dans l’obligation de se séparer de vous licencier. Pour limiter les dégâts, pensez à consulter cette liste de métiers qui recrutent pour faire votre reconversion professionnelle.  

Des attentes peu ou non réalistes

L’autre raison qui explique le chômage chez les jeunes diplômés est bien évidemment les attentes démesurées. Certes, c’est bien de rêver grand et de se donner les moyens de parvenir à ses fins. Cependant, il est important de savoir que votre premier emploi ne vous permettra pas forcément de gagner le salaire de vos rêves. Au lieu donc de rejeter toutes les offres d’emploi qui se présente à vous, acceptez ce qui se rapproche de vos attentes et considérez cette expérience comme un tremplin vers votre emploi idéal. Au besoin, revoyez vos attentes salariales à la baisse et demandez conseil auprès des ainés pour vous fixer des objectifs réalistes. Il ne sert à rien de fantasmer sur un salaire annuel de 50 000 euros pour un poste qui ne paie que 20 000 euros par an.

Manque de préparation à l’emploi

Nul n’est une île, dit-on. Dans l’univers du travail, cet adage est encore plus vrai. Malheureusement, beaucoup de personnes pensent encore qu’il suffit d’avoir les qualifications requises pour accéder au poste de ses rêves. Pour eux, il n’est pas nécessaire de se préparer à l’emploi. Or, se constituer ou intégrer un réseau professionnel est aujourd’hui reconnue comme une étape importante dans le processus de l’insertion professionnelle. Il s’agit en effet d’une réelle opportunité qui permet de rencontrer des employeurs et des professionnels qualifiés prêts à partager leurs expériences avec les plus jeunes.  

Contrairement à ce que pensent certaines personnes, l’insertion professionnelle se prépare dès les premières années d’étude. Si vous envisagez de devenir traducteur-interprète par exemple, pensez à intégrer rapidement un réseau professionnel. Dans la mesure du possible, participez à des conférences pour voir de près à quoi ressemble votre métier de rêve.