Dans un monde en constante mutation, les modes de travail évoluent, les techniques de recrutement aussi. Pour autant, les entreprises hésitent encore à recruter des profils atypiques, pourtant perçus comme plus agiles et plus adaptables que les collaborateurs au parcours plus rectiligne.

L’accélération des transformations du monde dans lequel nous évoluons aujourd’hui devrait nous inciter à revoir les schémas classiques de recrutement.
L’équipe Rhapsody Recrutement, qui constate au quotidien ces évolutions, nous en dit plus sur cette nouvelle « tendance ».

Pourquoi la cote des profils atypiques est-elle vouée à remonter en entreprise ?

En une phrase : pour faire face, il est nécessaire de s’adapter. Face aux évolutions des technologies et à l’obsolescence des compétences, la plupart des problèmes auxquels l’entreprise est confrontée sont nouveaux. Si l’on part du principe que la majorité des métiers de la prochaine décennie n’existent pas aujourd’hui, l’entreprise aura tout intérêt à recruter des profils atypiques puisqu’ils sont déjà entraînés à s’adapter aux situations nouvelles. Quelqu’un au parcours atypique n’est jamais prêt, mais il sait comment développer ses compétences, où aller les chercher, anticiper les changements etc. Aujourd’hui, ces profils ne sont que peu (voire pas) reconnus ni appréciés des recruteurs. Demain, nous sommes persuadés qu’ils deviendront la norme car les entreprises en auront cruellement besoin pour faire face à leurs problématiques, pour se démarquer de la concurrence ou encore pour gagner en valeur ajoutée. En bref : pour survivre et perdurer.

Mais en fait, qu’est-ce qu’un profil atypique ?

Un profil atypique n’est pas ici, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, quelqu’un au look extravagant. Bien que ce ne soit pas totalement exclu. Mais il s’agit avant tout d’une personne au parcours non conventionnel pour le secteur d’activité ou le poste proposé.

Il s’agit donc du profil d’une personne dont le parcours s’écarte des voies classiques, tracées. Encore aujourd’hui, une personne qui a exercé plusieurs professions est considérée comme ayant un profil atypique : parce qu’elle s’est reconvertie, a décidé de changer de vie, de lieux de vie, de faire ce qu’elle aime, parce qu’elle est curieuse et a envie de connaître d’autres chose, etc.

Les expériences passées de ces profils sont souvent très variées, sans lien direct avec leurs nouvelles activités. Ils n’ont pas le même « bagage » que leurs collègues : pas les mêmes formations, les mêmes diplômes ni les mêmes références…
En somme, ils sont là où on ne les attend pas.

Ils sont également et couramment décrits comme étant flexibles et s’adaptant facilement. Le changement ne leur fait pas peur, au contraire. Ils cultivent un gout prononcé pour les challenges et la nouveauté, aiment développer de nouvelles compétences et apprennent vite.

Évidemment, ce type de profil peut bousculer les habitudes d’une entreprise, la routine et faire oublier à jamais la phrase « on a toujours fait comme ça ».

Les constants changements dans la sphère des entreprises expliquent (au moins en partie) que cette capacité opérationnelle d’adaptation devienne une compétence clé.

Le potentiel prendrait-il le pas sur l’expertise ? Cette tendance est éminemment moins prononcée dans les entreprises qui souhaitent à tout prix éviter les « erreurs de casting ». C’est le cas notamment dans certaines TPE/PME qui privilégient les copiés-collés de profils déjà existants, pensant réduire ainsi les risques d’incertitudes. C’est contre-productif tout au mieux.

Attention, ne faites pas l’erreur classique de vouloir recruter la même personne que vous aviez avant. Les profils identiques n’existent pas. Même chez les jumeaux, quoique…

L’arrivée des nouvelles générations sur le marché du travail devrait accélérer cette tendance au changement. Car vivre des expériences variées, sans plan de carrière, sur fonds de responsabilité et de liberté : voilà ce qui les motive.

Peut-être donc que d’ici une vingtaine d’années, nous ne parlerons plus de profils « atypiques », car nous aurons tous des carrières professionnelles différentes… qu’il n’y aura plus lieu de mettre l’accent sur la non-conformité, quelle qu’elle soit. En attendant, ne restez pas spectateur du changement mais devenez acteur. Comment ? En accueillant d’un œil bienveillant l’ouverture et le non-conformisme. En expérimentant.