Insatisfaction croissante, usure liée au poste occupé ou plus simplement marre de la routine quotidienne, selon une étude récente, 60 % des salariés français prévoiraient d’abandonner leur emploi afin de changer de carrière. C’est un fait de plus en plus prégnant, l’idée d’une carrière professionnelle à vie dans un même secteur, voire pour un seul employeur, a vécu. Si les jeunes qui entrent dans le marché du travail ont déjà bien intégré ce paramètre, de plus en plus de salariés confirmés, pour certains expérimentés dans leur branche et avec un vécu professionnel conséquent, envisagent sérieusement cette option. Quelle est la procédure à suivre pour changer de profession et redonner un nouveau sens à sa vie sans grande difficulté.


Pourquoi envisager une reconversion professionnelle ?

Quand on pose cette question, les raisons invoquées sont multiples. Pêle-mêle on trouvera l’impression d’avoir fait le tour de son environnement professionnel, la recherche de meilleures conditions de travail, notamment sur le plan matériel et salarial, bien sûr le besoin de rebondir après un licenciement économique, mais aussi l’envie d’aborder de nouveaux défis. On le voit, les motifs ne manquent pas, cependant ils varient beaucoup selon les tranches d’âge et les corps de métier. Ainsi une analyse publiée en 2018 par la DARES pour le compte du Ministère du Travail, souligne que ces changements sont plus fréquents parmi les jeunes dans la tranche d’âge de vingt à vingt-neuf ans. De même, certains domaines professionnels comme l’électricité et l’électronique sont davantage concernés alors que d’autres comme la formation ou l’éducation, où l’accès est réglementé et s’effectue par voie de concours, le sont beaucoup moins.

Quels en sont les avantages ?

Le premier et sans doute le plus évident est celui qui découle d’une reconversion vers des secteurs porteurs. À ce titre, les postes d’ingénieurs ou de cadres dans l’industrie ou encore des postes dans les secteurs des études et de la recherche offrent des perspectives particulièrement intéressantes en termes de conditions de travail et de stabilité liée au statut, car les contrats en CDI y sont la norme.
L’épanouissement personnel arrive en seconde place et passe souvent par la volonté de recouvrer une certaine indépendance dans son travail. Au-delà de la prise de risque que représente une telle décision, l’enthousiasme et le volontarisme de ceux qui choisissent cette direction sont leurs meilleurs atouts pour relever les défis qui les attendent. Toutefois, la plupart du temps, il faudra en passer par une formation préliminaire et surtout accepter l’idée que le temps de travail deviendra vite pléthorique et que l’argent ne sera pas forcément au rendez-vous immédiatement.

Enfin, et ce troisième point peut être étroitement lié au précédent, un changement radical de mode vie est également une excellente motivation. Qui n’a jamais rêvé de quitter la pollution et l’anonymat des grandes cités pour adopter le rythme plus paisible de la ruralité ? Troquer des transports en commun abrutissants contre un petit commerce en circuit court quelque part en Auvergne ne relève plus de l’utopie !