L’environnement a le vent en poupe ces dernières années. Il ne se passe plus une journée sans que de nouveaux programmes ne naissent, et que des aides soient accordées pour entraver les affres du changement climatique. Conséquence : le secteur est en plein essor, avec l’un des taux d’employabilité les plus élevés. Si vous nourrissez de l’intérêt pour la nature et sa protection, voici 3 raisons supplémentaires d’envisager une reconversion dans le milieu.

Un secteur dynamique

Si vous recherchez un secteur d’activité capable de vous propulser devant les défis de notre génération, l’environnement est celui qu’il faut choisir. En pleine expansion, il touche un large spectre de domaines d’activités. Dynamique, il présente l’un des taux d’employabilité les plus élevés.

On raconte d’ailleurs que la main-d’œuvre y est recherchée de manière permanente de sorte que les États ont du mal à combler le déficit. À titre indicatif, la France à elle seule devra produire plus de 800 000 emplois supplémentaires d’ici 2050 pour combler les déficits dans le domaine.

Vous l’aurez compris, vous engagez dans un tel secteur représente donc un réel enjeu d’avenir dans lequel vos objectifs pourront se retrouver pleinement. Gardez toutefois à l’esprit que pour dégoter les meilleurs postes, il vous faudra passer par la case formation. Le site esi-business-school.com se propose d’ailleurs de vous informer pour plus d’informations sur le sujet.

Des offres de formations diversifiées

Comme mentionné plus haut, pour dégoter les postes les plus attractifs dans le secteur de l’environnement, il est capital de s’y spécialiser. Dans cette optique, plusieurs formations s’offrent à vous que vous souhaitiez poursuivre des études de courtes ou de longue durée.

Pour preuve, si vous recherchez des enseignements techniques rapides, l’idéal serait de passer un BTS fluide ou un DUT en génie thermique. Ainsi, au bout de 2 à 3 ans de formation, vous serez prêt à être embauché dans le secteur.

Si l’envie vous prend par contre de poursuivre des études de longues durées, notre conseil, c’est de vous spécialiser avec un Master en :

  • Management et Développement durable ;
  • Développement durable et Environnement ;
  • Énergies renouvelables et QSHSE ;
  • Gestion durable et RSE ;
  • Etc.

Vous l’aurez compris, plus vous consacrez du temps à vous faire former, mieux vous serez payé. N’hésitez donc pas à investir dans votre formation.

travailler dans le développement durable

Un large spectre de métiers d’avenir

L’ultime raison pour laquelle il vous faut vous lancer dans l’univers du développement durable, c’est en raison de la grande diversité des métiers qu’il regorge. Dans les faits, vous aurez le choix entre :

Les énergies renouvelables

Dans la liste des corps de métiers de l’environnement, les énergies renouvelables occupent une place singulière. En pleine expansion, elles vous permettent de servir en tant qu’ingénieur en énergies renouvelables ou agent de développement. Et, ce n’est pas tout.

Vous pourrez aussi selon votre profil, travailler dans les domaines :

  • De la conception ;
  • Des installations ;
  • De la distribution ;
  • De la maintenance ;
  • Etc.

En somme, c’est en fonction de votre domaine de spécialisation que vous serez amené à faire valoir vos compétences. Veillez donc à privilégier un domaine en expansion et très prisé sur le marché.

La protection de la nature

La protection de la nature, voilà l’autre corps de métiers très recherché dans le secteur de l’environnement. En vous y spécialisant, vous contribuerez à préserver la faune et la flore.

Dans la pratique, vous participerez à la surveillance des espèces menacées en travaillant notamment comme :

  • Ingénieur en écologie ;
  • Technicien forestier ;
  • Garde-chasse ;
  • Etc.

L’eau et l’assainissement

En dehors de la protection des espèces, l’eau et l’assainissement représentent les autres secteurs à explorer. Ces derniers englobent plus de 65 % des emplois du domaine. Vous pouvez vous y engagé en tant que :

  • Technicien en traitement des déchets ;
  • Agent d’assainissement ;
  • Hydrobiologiste ;
  • Etc.