Servir une entreprise n’est pas une fatalité. Un salarié peut cesser son activité au sein d’une société pour diverses raisons. Toutefois, le faire sans prévenir son directeur au préalable peut s’avérer très désagréable. Pour cela, vous ferez mieux d’annoncer votre démission. Découvrez alors quelques alternatives qui vous permettront d’y arriver.

La démission écrite

S’il existe une façon plus professionnelle pour annoncer une démission, ce serait le fait de procéder par écrit. En effet, retenez qu’il s’agit de supprimer un contrat admirablement édifié. Ce document représentera par conséquent une preuve pour le salarié. Ainsi, il pourra facilement pallier d’éventuelles subjectivités ou polémiques. Dans le cadre de la résignation rédigée, il existe deux possibilités. Vous pouvez effectuer un envoi de la missive à travers un courrier, soit vous optez pour une lettre de démission remise en main propre.

Lorsque vous optez pour le dépôt physique, n’hésitez pas à solliciter une justification de dépôt. Cette démarche vous permettra d’avoir la certitude que le document a été réellement reçu. Par ailleurs, n’oubliez pas d’appliquer les règles idoines qui entrent dans le cadre de la rédaction d’une telle lettre. Généralement, il est recommandé d’employer un ton poli et respectueux. De même, misez sur la précision et soyez clair tout en expliquant les raisons qui vous amènent à laisser ce poste. Aussi, vous devez avoir la certitude d’avoir choisi une bonne voie (votre abandon).

Une résignation par communication

L’autre manière pour extérioriser son désistement implique une expression orale. Celle-ci consiste à s’exprimer avec une capacité impeccable afin de mieux apaiser toute tension. Elle représente également une alternative qui fait miroiter votre expertise et permet à l’embaucheur de mieux s’arranger (certificat de travail, remplaçant, reçu, etc.).

En outre, il est également recommandé de tenir vos pairs informés de votre résignation. Cela vous permettra d’abandonner ce poste avec une joie immense. Pour commencer, exprimez-vous auprès des membres de votre groupe de travail. Après cela, vous pouvez communiquer le message aux responsables de chaque département. Enfin, achevez cette annonce chez les autres membres qui ont un niveau hiérarchique identique au vôtre.

Opter pour une passation

La passation peut s’avérer chronophage certes, mais elle est cruciale dans le cadre d’une démission. En effet, opter pour cette alternative vous permet de maintenir un certain lien entre son embaucheur et soi. C’est une façon de pérenniser sa corrélation avec l’institution. Pour cette raison, pensez à une bonne organisation. Vous devez faire une planification en amont. Celle-ci consistera à réaliser, si possible, un tableau qui récapitule toutes les tâches (To do List) que vous exécutez au quotidien. Ainsi, vous permettrez à votre remplaçant de mieux se retrouver.

Quant aux documents, ils doivent figurer scrupuleusement au sein du système informatique de la société. En outre, essayez de générer un dossier qui sera constitué des projets que vous n’avez pas encore achevés. À la suite de la résignation, vous pouvez envoyer un mail afin d’exprimer votre gratitude envers tous ceux qui vous lient à l’entreprise.

Le préavis

Lorsqu’il s’agit d’un désistement où vous n’avez aucun problème avec l’employeur, il est préférable de penser au préavis. En effet, le fait d’abandonner de façon brusque peut s’avérer désagréable. De même, cela exprime votre manque de professionnalisme. Alors, à deux semaines de votre départ, tâchez d’avertir votre supérieur hiérarchique de ce fait. Au cours de ces derniers instants, vous devez toujours être présent pour exécuter vos diverses missions.

Cependant, il faut retenir qu’aucun décret relatif aux codes du travail n’exige cette condition (le préavis). Nonobstant, au cas où votre directeur en fait mention dans l’accord qui vous lie, vous serez contraint de le faire. Aussi, un refus d’exécuter ses diverses tâches est scruté à l’instar d’une résignation exagérée. Cela peut même créer une mauvaise entente entre vous et la société.