Êtes-vous dans l’embarras du choix quant à l’apprentissage d’un métier ? Avez-vous plutôt un penchant pour la broderie ? Bien que le secteur soit plus ou moins difficile à intégrer, voici 3 choses à savoir sur le métier de brodeur avant de vous y engager.

Les missions et fonctions

La broderie consiste essentiellement à ajouter des motifs de décoration sur un tissu. Le brodeur dans bien des cas intervient dans la finition de tenues conçues par un couturier ou styliste. Il est à la fois artiste et artisan.

Des fils dorés, des perles, des plumes, des paillettes sont entre autres matières que le brodeur Quodao.fr utilise. D’autres tissus ou même des pierres précieuses peuvent aussi s’y ajouter. En plus de ses propres œuvres, le brodeur doit maitriser des techniques standards comme le point de croix, le point noué, le point plat. Être un bon dessinateur est également un atout pour le métier de brodeur.

Même si la broderie à la main est encore présente sur le terrain, le métier de brodeur a bien évolué aujourd’hui. Grâce à la technologie, le brodeur a la possibilité d’exercer son métier à la machine. Ce métier exige de l’inspiration, la créativité, la patience, la précision, la dextérité, un sens de l’esthétique et du goût à la perfection, mais surtout une grande capacité d’adaptation.

Le brodeur est beaucoup plus sollicité dans l’habillement, la production de linge et la décoration intérieure. Toutefois, les débouchés du métier de brodeur peuvent aller bien au-delà.

Le gain

Même si peu de patrons d’atelier embauchent aujourd’hui, le brodeur ne devrait pas manquer à faire. Pour ne pas compter sur les rares recrutements que la plupart des ateliers lancent en fonction des commandes, il peut s’installer à son propre compte. Seul ou en association avec un styliste ou un couturier, le brodeur peut bien vivre de son métier.

La haute couture, le prêt-à-porter, la layette, l’ameublement, la décoration d’intérieur, la restauration d’art, le cinéma, les écussons sont entre autres marchés qui s’offrent à lui. Même un particulier peut faire appel aux services d’un brodeur.

La rémunération minimale s’il est recruté est à la taille du SMIC. Le Salaire brut mensuel d’un débutant peut atteindre les 1400 € par mois. Des possibilités de revalorisation liées à l’expérience et aux qualifications ne sont pas à exclure.

L’organisation de la profession

L’univers des brodeurs est aussi bien organisé que tout autre métier. Ils sont regroupés au sein de la Fédération des Dentelles et Broderies avec plus de 2000 salariés. Les brodeurs manuels sont employés par la haute couture. Pas moins de 300 entreprises artisanales sont aux mains des ateliers de broderie mécanique.

Pour exercer le métier de brodeur, un CAP est le minimum requis. Mais avoir un Brevet des Métiers d’Art (BMA) est encore mieux. Le Diplôme des métiers d’art (DMA) en option arts textile est le meilleur que vous pouvez avoir. Toutefois, le diplôme seul ne suffit pas pour être brodeur. Pensez à faire des stages tout au long de votre carrière. Le brodeur doit vivre au rythme de la mode et des évolutions techniques.